đŸŸ Histoire(s) de chat(s) : Les ailurophiles cĂ©lĂšbres (Hommes/ Femmes du monde) đŸŸ


Comme annoncé l'année derniÚre, voici le second billet de la mini-série dédiée aux ailurophiles célÚbres.

Je ne suis pas célÚbre mais Tirou est décidément un chat modÚle (top model) et je trouve que son portrait illustre parfaitement l'article à venir ^^



Aujourd'hui, j'ai dĂ©cidĂ© de parler des grands de ce monde, amoureux des chats đŸ˜»

Il s'agit donc d'Histoire(s) de chat(s) d'ailurophiles cĂ©lĂšbres : Hommes/ Femmes du monde (Seconde partie) đŸ€“


âžĄïž Richelieu, le cĂ©lĂšbre ministre de Louis XIII, n'avait pas moins de 14 chats ! Oui 14 ! Des persans pour la plupart. "L'homme Ă  la robe Ă©carlate" avait mĂȘme installĂ© une chatterie dans son palais et deux domestiques Ă©taient chargĂ©s de prendre soin de ses chers petits fĂ©lins. Gazette, Perruque, Mimi-Piaillon, Rubis-sur-l'ongle, Soumise, Serpolet, Lucifer (...) Ă©taient quelques-uns des prĂ©cieux animaux qui l'accompagnaient. Oui, vous avez bien lu : Lucifer ! Etonnant pour un homme d'Ă©glise et pourtant.. A sa mort, Richelieu lĂ©gua tous ses biens terrestres Ă  ses chats.

âžĄïž Un peu plus tard dans l'Histoire de France, Louis XVI a vouĂ© un amour inconditionnel Ă  nos amis les chats. Le roi qualifiait de "tradition barbare et primitive" les massacres de chats lors des feux de la Saint-Jean et c'est grĂące Ă  lui que ces horribles coutumes furent abolies. Son chat prĂ©fĂ©rĂ© Ă©tait un angora blanc prĂ©nommĂ© Brillant que personne n'Ă©tait autorisĂ© Ă  caresser sauf lui. A cour du Roi Soleil, Marie-Antoinette Ă©tait aussi une adoratrice des animaux (chiens et chevaux notamment). Il paraĂźtrait qu'en prĂ©parant sa fuite pour Ă©chapper Ă  la RĂ©volution, la reine a confiĂ©, outre ses biens de valeur, ses chats - des angoras turcs - au capitaine Samuel Clough, qui partait pour la Nouvelle-Angleterre. ArrivĂ©s dans l'Ă©tat du Maine, les chats royaux se seraient mĂȘlĂ©s aux chats des fermes locales pour donner naissance aux Maine Coon... (c'est une des nombreuses versions expliquant la naissance de la race...)

âžĄïž Si on en revient aux hommes d'Ă©glise, de nombreux papes sont reconnus comme Ă©tant de vĂ©ritables fĂ©linophiles. Impossible de ne pas Ă©voquer le Pape LĂ©on XII et son grand attachement Ă  son petit Micetto ("petit minou" en italien). Il est dit que le pape a remarquĂ© Micetto, alors chaton, dans l'atelier du grand peintre RaphaĂ«l, et l'a adoptĂ©. On raconte que le saint homme emmenait Micetto partout, cachĂ© dans le pan de sa robe, et que le petit fĂ©lin assistait aux entretiens accordĂ©s par son maĂźtre Ă  ses visiteurs. A la mort du pape, c'est l'ambasseur français auprĂšs du Saint-SiĂšge, un des plus grand Ă©crivain français de son temps, François-RenĂ© de Chateaubriand, qui a recueilli le "petit minou".

âžĄïž Parmi les hommes de science, Isaac Newton, pĂšre de la thĂ©orie de l'attraction universelle, Ă©tait un grand ami des chats. A priori, ce ne serait d'ailleurs pas une pomme mais sa chatte Marion, qui lui serait tombĂ©e dessus alors que le savant faisait une sieste sous un pommier (entraĂźnant sĂ»rement une ou deux pommes dans sa chute). Travailleur acharnĂ© et souvent enfermĂ© dans une piĂšce pour l'avancĂ©e de ses recherches pendant de longues heures, Newton, qui Ă©tait trĂšs attentif au bien-ĂȘtre de sa minette, eut l'idĂ©e de creuser un trou dans la porte et de l'Ă©quiper d'un petit portillon afin que Marion puisse aller et venir, entre l'extĂ©rieur et l'intĂ©rieur, sans le dĂ©ranger. La chatiĂšre Ă©tait nĂ©e...

âžĄïž Winston Churchill a dit "Ce n'est pas le chat qui vit chez son maĂźtre, c'est le maĂźtre qui vit chez le chat" et le grand homme en savait quelque chose puisqu'il a toujours Ă©tĂ© un inconditionnel de la gente fĂ©line. Churchill avait pour habitude de caresser tous les chats qu'il croisait, sans discrimination. Parmi les chats les plus cĂ©lĂšbres de Churchill, on compte Cat, Nelson et Jock. Ce dernier, grand chat roux d'une grande douceur, est entrĂ© dans la vie de Churchill alors que celui-ci allait s'Ă©teindre. 2 ans aprĂšs l'arrivĂ© de Jock, le grand homme anglais tirait sa rĂ©vĂ©rence. Jock a continuĂ© et finit sa vie Ă  Chartwell, la rĂ©sidence familiale. Lorsque la demeure a Ă©tĂ© lĂ©guĂ©e au National Trust par son propriĂ©taire, une condition a Ă©tĂ© Ă©mise : que le manoir accueille un chat roux (avec si possible un plastron blanc et des chaussettes comme le premier arrivĂ©) et se nomme... Jock ! L'actuel rĂ©sident de Chartwell est Jock 6Ăšme du nom. AdoptĂ© dans un refuge local aprĂšs avoir vĂ©cu dans la rue, Jock VI a une vraie vie de pacha !

âžĄïž La Maison Blanche ou la demeure prĂ©sidentielle... des chats !

Abraham Lincoln a été le premier président des Etats-Unis à introduire un chat à Washington. Il s'agit de Tabby, un trÚs beau matou que Lincoln adorait au point de le faire dßner à la table présidentielle, installé sur un siÚge et nourri avec une fourchette en or...

Ce fut ensuite au tour de Theodore Roosevelt de débarquer avec sa famille et une ménagerie haute en couleurs (blaireau, lézard, serpents, perroquet, lapin, hibou, rat, gerbilles, ....) à la demeure présidentielle. Il avait également 5 chiens et 2 chats. Ces derniers répondaient au nom de Tom Quartz et Slippers. Tom Quartz, était un chat joueur et dynamique alors que Slippers passait la majorité de son temps à dormir et réclamer des caresses. On raconte qu'un soir, alors que le cortÚge officiel devait rejoindre la salle de concerts aprÚs un copieux dßner, Slippers était endormi en plein milieu du couloir. Rooselvelt a alors demandé à ses distingués invités (l'ambassadeur britannique et sa femme) de contourner soigneusement son petit félin pour ne pas troubler son sommeil...

Il y a ensuite eu Blackie, Bounder ,Climber, Smokey, Tiger et Timmie, les chats de Calvin Coolidge. Suivis de Shan Shein, le siamois de Suzan Elisabeth, la fille du prĂ©sident Gerald Ford ; Tom Kitten, le chaton de John Fitzgerald Kennedy (finalement replacĂ© dans une autre famille car le prĂ©sident y Ă©tait allergique) ; Misty Malarky Ying Yang, minette de la fille de Jimmy Carter, et Socks, le chat de la famille de Bill Clinton, qui fut une vĂ©ritable cĂ©lĂ©britĂ© et a mĂȘme jouĂ© un rĂŽle lors de la prĂ©sidence de Clinton. Socks Ă©tait adorĂ© des enfants et accompagnait souvent la PremiĂšre Dame dans ses visites aux Ă©coles et aux hĂŽpitaux. Il tenait Ă©galement le rĂŽle de guide pour la visite virtuelle de la Maison-Blanche sous les traits d'un personnage animĂ© Ă  son image et recevait des lettres de fans...

âžĄïž Pour conclure, un fait surprenant mais qui mĂ©rite d'ĂȘtre mis en avant : l'amitiĂ© entre le gĂ©nĂ©ral Charles de Gaulle et le chartreux Ringo de Balmalon, dit Gris-Gris. Si le gĂ©nĂ©ral Ă©tait, comme la plupart des prĂ©sidents français plus intĂ©ressĂ© par les chiens, il noua un vĂ©ritable lien avec ce chat racĂ©, acquis par sa femme Yvonne, lors de la seconde partie de sa vie. Gris-Gris accompagnait rĂ©guliĂšrement son maĂźtre lors de ses promenades quotidiennes dans le parc de la Boiserie, sur la propriĂ©tĂ© familiale. Le prĂ©sident français n'hĂ©sitait pas Ă  parler "chats" avec son ami et ministre de la Culture, AndrĂ© Malraux, lui mĂȘme amoureux des petits fĂ©lins, et maĂźtre de deux minettes prĂ©nommĂ©es Fourrure et LustrĂ©e.


J'aurais certes citĂ© plus d'hommes que de femmes dans ce billet mais vous n'ĂȘtes pas Ă  l'abri d'une future partie "Histoire(s) de chat(s) d'ailurophiles cĂ©lĂšbres" avec une plus grande reprĂ©sentation de la gente fĂ©minine ^^

J’espùre que cet article vous a plu et vous a permis d’en apprendre un peu plus sur quelques uns des grands de ce monde qui aimaient les chats.


Restez connectĂ©s pour ne pas louper le prochain Ă©pisode Ă  paraĂźtre ! 😊


Je vous souhaite une belle et bonne journĂ©e, Ă  vous et vos matous đŸ˜œ

  • Facebook - Black Circle
  • Instagram - Black Circle

www.delihcat.fr

Téléphone : 07 49 22 24 64 - Mail : delihcat@gmail.com

Conditions Générales de vente

Politique de Confidentialité

​

Toutes les images et les textes du site sont la propriété exclusive de Delihcat et ne sont pas libres de droit.