đŸŸ Histoire(s) de chat(s) : l'histoire d'ArsĂšne (par Marie) đŸŸ


Cette semaine, c'est la gagnante du concours d'Histoire(s) de chat(s) qui a eu lieu sur Facebook qui raconte l'histoire de son loulou.


Une histoire d'amour touchante, excellemment bien Ă©crite, qui raconte un sauvetage, une adoption, un coup de coeur, et bien plus encore...

Un immense merci à Marie pour le partage de ce joli récit et l'envoi des photos qui illustrent le billet.


Bonne lecture Ă  tous ! đŸ˜»

"Chéri, j'aimerais beaucoup qu'on prénomme notre fils ArsÚne. -ArsÚne???? -Oui, comme ArsÚne. -C'est démodé comme prénom. Personne ne s'appelle comme ça. -Si, regarde cet entraßneur de foot, ArsÚne Wengé... -Non chérie, s'il te plaßt, pas ArsÚne... -Bon, alors le chien s'appellera ArsÚne, d'accord? -Si tu insistes, chérie, si tu insistes..." Renseignements pris, réflexion faite, notre rythme de vie ne nous permet pas d'accueillir un chien correctement... Alors un chat? Un petit chat? OK, un petit chat. "Chéri, on peut appeler le chat ArsÚne, hein? -Si tu y tiens, chérie, si tu y tiens..."



Hasard facebookien, une copine biberonne des chatons orphelins, nous allons les voir, coup de coeur, coup de foudre... une portée de trois, un petit solitaire, deux inséparables. Le solitaire restera avec son sauveteur. Restent les inséparables. Nous repartons en conjuguant "chat" au pluriel du futur. Les chats arrivent, leurs prénoms sont déjà là, reste à les attribuer - celui qui grimpe partout, c'est dit, c'est ArsÚne. Evidemment, impossible de distinguer les crevettes l'une de l'autre, alors chez le véto, c'est un peu au hasard... hop, ArsÚne, c'est toi. "Heu... ce sont deux femelles, Madame. -Tu vois chérie, je te l'avais dit... -D'accord. Cette chatonne s'appellera ArsÚne. -C'est un prénom de garçon... -Si tu ne lui dis pas elle ne le saura pas. Hein chéri? -Si tu le dis, chérie... si tu le dis..."



ArsĂšne, c’est un rĂ©veil inopinĂ© au creux de la nuit, quand tout le monde dort – sauf nous deux. Elle me tourne autour en ronronnant, fourre son museau dans le creux de ma main jusqu’à mon rĂ©veil, puis s’installe pour un cĂąlin
 Nous sommes seules dans une bulle Ă©clairĂ©e par la lune, le monde est silencieux, le monde est en pause
 c’est l’heure du chat, ArsĂšne moins le quart, au creux de la nuit, juste elle et moi.




ArsĂšne, c’est quatre kilos de chat qui viennent se coucher sur mon patron quand j’attaque un ouvrage de couture
 quelques quenottes qui viennent mordre mes ciseaux (« attention Ă  tes moustaches ! », mordiller mon rouleau de ruban adhĂ©sif (« chatonne, je vais te coller les moustaches, moi ! »), mĂąchouiller les fils de mes machines en guise de fil dentaire. C’est un cĂąlin, deux cĂąlins, trois cĂąlins pour donner Ă  la chatonne l’attention qu’elle demande, puis une expulsion, et deux, et encore
 tandis que sa sƓur dort paisiblement dans mes coupons de tissu. A bout de patience c’est l’expulsion de l’atelier, porte close aux museaux curieux, ce qui me vaut un concert de clameurs indignĂ©es, puis un silence boudeur (bĂ©nit soit le sommeil des chats
). Et, quand j’ouvre enfin la porte de l’atelier pour regagner le monde rĂ©el, j’entends du bout de la maison un « rrrrrrrou » Ă©nergique, suivi d’un galop effrĂ©nĂ© et d’un chat qui dĂ©boule sur la planche Ă  repasser aprĂšs un sprint digne d’un athlĂšte olympique.




ArsĂšne, c’est une histoire Ă©trange d’un chat qui se prend pour un petit pigeon dodu. Elle ronronne lors des cĂąlins, mais quand son bien-ĂȘtre est profond, le ronron dĂ©rape en roucoulades. Si je tarde un peu trop (deux minutes
 trente secondes !) Ă  m’installer pour accueillir nos effusions, lĂ  j’ai droit Ă  des « rrrrrou ! » un peu courroucĂ©s – « dĂ©pĂȘche toi ! ».

ArsĂšne, c’est une matinĂ©e passĂ©e sur un appui de fenĂȘtre, derriĂšre un rideau, tranquille. Et quand, en jouant Ă  « oĂč est Charlie ? » et que mon chat joue le rĂŽle du dit Charlie, je soulĂšve doucement le rideau, la donzelle va tourner la tĂȘte vers moi avec un « rrrrrrrrrrrrrou ? » interrogateur.




ArsĂšne, c’est une femme tout Ă  fait classique et trĂšs comme il faut, au vocabulaire d’ordinaire chĂątiĂ©, qui se retrouve Ă  quatre pattes devant une boule de poils en susurrant d’une voix tout Ă  fait dĂ©goulinante une litanie de mots insensĂ©s aussi tendres que ridicules.

ArsĂšne, c’est un peu de rĂ©serve timide, un brin de paresse, un soupçon de surpoids, c’est l’expression qui se libĂšre dans la confiance et dans l’intimitĂ©. C’est un peu moi, c’est beaucoup nous.


Arsùne, c'est mon ñme-chat. Comme une ñme sƓur, mais en chat.


Marie.


J'espĂšre que vous avez apprĂ©ciĂ© la belle histoire qu'est celle d'ArsĂšne 😊

Si vous aussi vous souhaitez voir votre Histoire(s) de chat(s) partagée sur le blog, restez connectés à Facebook pour participer au prochain concours !!!


ArsĂšne, Marie, les F(o)urbabies et moi vous souhaitons Ă  tous, humains et fĂ©lins, une excellente journĂ©e đŸ˜œ

  • Facebook - Black Circle
  • Instagram - Black Circle

www.delihcat.fr

Téléphone : 07 49 22 24 64 - Mail : delihcat@gmail.com

Conditions Générales de vente

Politique de Confidentialité

​

Toutes les images et les textes du site sont la propriété exclusive de Delihcat et ne sont pas libres de droit.