De l'importance du bien-être des chats d'intérieur

Vous qui suivez avec fidélité Delihcat depuis quelques temps maintenant, vous avez remarqué que les F(o)urbabies ne sortent pas. Ils sont ce qu’on pourrait appeler “des chats d’intérieur”. C’est-à-dire qu’ils ne bénéficient pas de sorties (libres ou réglementées) qui leur permettrait d’aller profiter du monde extérieur...

Certaines personnes vont jusqu’à dire que cet état de fait est contre-nature… Les raisons sont aussi diverses que variées… Le must des phrases que j’ai déjà entendues c’est que “les chats qui ne sortent pas sont malheureux*”...

Aujourd’hui, j’ai juste envie de vous donner mon avis sur la question en vous donnant les raisons pour lesquelles la phrase précédente est fausse (selon moi) et vous le dis : Les chats d’intérieur peuvent tout à fait être épanouis sans sortir !


(*le bonheur étant une notion humain philosophie bien compliquée à définir en elle-même, nous conviendrons que le terme "heureux"/ "malheureux" englobent surtout la notion de bien-être général pour le chat)



En premier lieu, je vous entends déjà me demander une chose “pourquoi les F(o)urbabies ne sortent pas ?” Excellente question ma foi ! Chanel, Tirou, Kara et Bobby ne sortent pas pour plusieurs raisons à vrai dire, mais la principale (qui regroupe toutes les autres) : c’est que je tiens à les protéger des dangers du dehors (voitures, personnes mal intentionnées, animaux inconnus/ sauvages, etc...). Égoïstement (dans toute ma splendeur d'humaine), je ne souhaite pas qu’il leur arrive quelque chose de grave et les perdre…

En outre, aux personnes qui penseraient que “TOUS les chats (domestiques) se débrouillent très bien tout seuls dehors” : je les invite à aller consulter les pages des associations de protection animale qui les sauvent afin de constater dans quel état certains sont recueillis (sous-nutris, déshydratés, malades, voire pire…).


Dans l’idéal, si je vivais dans un endroit plus éloigné de la circulation et des dangers urbains, et si j’avais un grand terrain que je pouvais sécuriser : alors oui, ils sortiraient et profiteraient de l’extérieur, c’est certain... Un jour, j'espère !

En effet, les chats pouvant profiter de la vie extérieure bénéficient de nombreux avantages. Tout d'abord, l'enrichissement de l'extérieur est offert par la nature ! Enrichissement sensoriel multiple, hauteurs grâce aux arbres et aux éléments créés par l'humain (bancs, murets, constructions, etc...), dépense énergétique sans limites, pleine satisfaction du besoin ô combien important de la prédation. Si votre chat sort, vous pouvez installer une chatière afin qu'il puisse aller et venir à sa guise. N'oubliez pas de les faire stériliser, vacciner et de faire le nécessaire pour les protéger des parasites (externes et internes) et vive la vie au grand air !


Tout est question de choix finalement 😉


Les choses étant mises au point, laissez-moi vous donner à présent les raisons qui font que, même sans sortir, les F(o)urbabies ne sont pas malheureux*… Car, a priori, ils sont bien loin de l’être ! Voici quelques pistes qui pourraient vous guider pour améliorer le bien-être de vos chats d'intérieur.

Néanmoins, sachez que si votre chat ne sort pas, vous devrez faire preuve d'un investissement particulier. Il s'agira de compenser le manque d'activités pouvant être réalisées à l'extérieur pour un bien-être optimal en intérieur.


Satisfaire leurs besoins

Pour qu’un chat se sente bien, la base, c’est de pouvoir satisfaire ses besoins primordiaux et incompressibles en s’assurant de son bien-être. C’est à dire qu’il doit pouvoir manger à sa faim, boire à sa soif, faire ses besoins et éliminer dans de bonnes conditions, dormir et se reposer quand il le souhaite, sans être dérangé, et surtout : ne pas ressentir d’émotion négative extrême (comme la peur ou la douleur). En outre, votre petit félin aura besoin de pouvoir satisfaire ses besoins spécifiques parmi lesquels : la toilette, le marquage (par frottements et par griffades), le besoin de hauteur et de cachettes et la prédation (grâce au jeu). Accorder de l’attention à votre chat (plus ou moins en fonction de son tempérament bien sûr) et entretenir une relation positive et bienveillante à son égard participera également à son bien-être.


Enrichir l’environnement

Afin de répondre à tous les besoins susnommés, il conviendra d’aménager votre foyer en conséquence, autant que possible, afin que votre petit félin puisse les satisfaire comme il se doit.

Quelques recommandations :

● Le pôle alimentaire et dipsique doivent être éloignés du pôle d’élimination

● Plus il y aura de hauteurs, plus votre chat aura d’espace vital à disposition

● Ne lésinez pas sur les cachettes et autres dodos moelleux pour le confort de votre chat : d’une part pour qu’il puisse “voir sans être vu” et pour qu’il puisse se reposer confortablement

● De bons griffoirs (horizontaux, verticaux, en sisal, en carton…) seront les meilleurs atouts pour éviter que votre minou fasse ses griffes sur votre mobilier et qu’il satisfasse son besoin de griffades

● Placez les arbres à chats le plus proche possible des fenêtres afin que Minet puisse observer l’extérieur (c’est la cat-tv* et il y a plein de choses intéressantes à voir - *télé du chat)

Jouer, jouer...et jouer !!! Du fait que les chats d’intérieur n’ont pas la possibilité de chasser en pleine nature, le jeu interactif pourra parfaitement répondre au besoin de prédation de votre petit félin (je vous renvoie à l’article sur l’importance du jeu pour en savoir plus)

● Proposer un accès extérieur sécurisé (bords de fenêtre, terrasse, balcons, et même catios) afin que votre chat puisse profiter du dehors en évitant tous les dangers. Cela lui permettra en outre d’explorer l’environnement via l’enrichissement olfactif, auditif et visuel sans sortir.


Être attentif au comportement de votre chat

Outre les soins quotidiens à apporter à votre loulou et l’importance de la satisfaction de ses besoins, nous avons déjà longuement parlé du chat comme d'un animal routinier, qui n’apprécie pas les grands changements et dont les agissements répondent aux principes de prédictabilité et de contrôlabilité (voir l'article sur la routine et le changement pour connaître la définition de ces 2 "gros mots" 😉 )

Observez votre chat est très important !

La plupart du temps, mes cher.e.s collègues comportementalistes et moi-même sommes le plus souvent appelé.e.s lorsque les “parents-chats”, comme j’aime à les appeler, sont face à une problématique qui les dépasse. Le plus souvent, les dites problématiques le deviennent car le chat “ne reste pas en place” (conduites agressives, griffades/ miaulements intempestifs…) ou parce qu’”il fait des choses qu’il n’a pas à faire” (cf liste précédente non exhaustive + les éliminations hors bacs).

Mais qu’en est-il des chats qui ne bougent pas ? Je ne parle pas ici des chats craintifs de l'humain qui se cachent et peuvent rester planqués toute la journée sous un lit pour faire ensuite leur vie toute la nuit durant mais des chats qui sont comme éteints… Ceux qui ne “fonctionnent plus comme des chats” : ils passent leur temps à dormir, ne mangent pas beaucoup, ne jouent presque jamais, ne font plus leur toilette, etc… Ces chats-là méritent votre attention ! A partir du moment où votre petit félin n’est plus aussi “joyeux” ou actif qu’il ne l’est d’habitude : soyez vigilant ! Première chose à faire : visite chez le vétérinaire pour éliminer tout problème médical. Le chat peut être malade ou ressentir une douleur. Ensuite : n’hésitez pas à faire appel à un comportementaliste si besoin. Oui les chats peuvent s’ennuyer ou déprimer !

Et lorsqu’ils ne peuvent pas sortir, il est de notre devoir de leur procurer autant de divertissements que s’ils sortaient (question de bien-être du chat avant tout, comme d’habitude). Encore une fois, ce n’est pas parce votre chat n’a pas accès à l’extérieur qu’il a uniquement besoin d’une gamelle bien remplie et d’une litière. Il lui faut de quoi s’épanouir et de quoi “fonctionner” en tant qu’espèce.



En bref, si vous arrivez à satisfaire les besoins de votre chat, que vous aménagez votre foyer en conséquence, que vous lui offrez un accès à l’extérieur sécurisé et que vous êtes attentifs à ses comportements : vous pourrez rendre votre chat épanoui...même si c’est un chat d’intérieur. 😉

Ce n’est pas les F(o)urbabies qui vous diront le contraire !!!


J’espère que ce petit billet vous a convaincu que les chats qui ne sortent pas peuvent être aussi bien dans leurs pattes que ceux qui le font ^^


Et chez vous : plutôt chat "du dehors" ou chat de canapé ?


Belle journée à tous, chers humains et félins, et à très bientôt pour un nouvel article 😽

75 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout