Non à l'euthanasie de convenance !


Billet « coup de gueule ».

Cela fait un moment que cet article est prêt mais j'ai mis du temps à le publier...

Vous connaissez mon engagement dans la protection animale à travers mon association Hardcore Cares France et vous savez à quel point la condition des petits félins (et de tous les animaux) me touchent. Les abandons, la maltraitance, la négligence, les « dons contre bons soins » et le trafic d'animaux sont les fléaux qui touchent de plein fouet les chats (et les autres animaux de compagnie) comme vous le savez. Mais s’il y a bien une chose qui me débecte et me révolte au plus haut point (non pas que les fléaux précités ne me font aucun effet…), c’est l’euthanasie de convenance !

Ce qui m’a poussé à écrire cet article, c’est parce que, cet été, j’ai dû faire face à cette abomination sans nom et ai réussi, grâce à l’un de mes précieux contacts associatifs, à sauver un chat (je vous en parlerai un peu plus loin dans l’article…)

Pour commencer, et pour les personnes qui ne le sauraient pas, l’euthanasie de convenance correspond à une euthanasie demandée par le propriétaire de l'animal qui n'est pas justifiée médicalement ou sanitairement. Cette définition est issue de l’amendement n°326 relatif à l’article 8 bis A du projet de loi Lutte contre la maltraitance animale présenté en septembre 2021 au Sénat (détails de la proposition d’amendement : https://www.senat.fr/encommission/2020-2021/326/Amdt_COM-99.html).

Toujours selon cette source, on apprend que « L’association Animal Cross (…) a établi une estimation concernant les refuges et fourrières sur la base des données du ministère de l’agriculture et de l’alimentation (DGAL/SDSPA/2017-638, Bilan de l’opération protection animale vacances 2016 - juillet 2017). « Les euthanasies sans justification sanitaire sont ainsi évaluées en 2016 à 8.428 pour les chiens et 19.450 pour les chats. Un total donc de 27.878 sur approximativement 112.508. À ces dernières, devraient s’ajouter les euthanasies réalisées en établissement vétérinaire.» D’après une étude menée par Claire Borrou-Mens, « (ces dernières) atteindraient approximativement les 40.000 annuellement (...) » (Le bien-être des animaux de compagnie et des équidés, Rapport du député L. Dombreval, p.64). »

L'association AVA-Agir pour la Vie Animale milite contre l'euthanasie depuis toujours et annonce dans sa campagne coup de poing du moment que « Est estimé à 100 000 le nombre d'euthanasies réalisées dans les refuges et les fourrières de France tous les ans » et que cela correspondait à « 1 euthanasie toutes les 5 minutes, (c’est) l’équivalent d’un ville de la taille de Rouen rayée de la carte tous les ans. ».

Abominable n’est-ce pas ? Et pourtant c’est la réalité…


Laissez-moi maintenant vous expliquer ce que j’ai vécu cet été... J’ai été contacté par une amie qui m’a informée qu’un chat allait mourir le jour-même. Ce chat, 8 ans, adorable et bonne patte, avait eu la mauvaise idée de mordre sa propriétaire alors que celle-ci lui avait marché dessus par inadvertance. Je ne vous donnerai pas plus de détails…

Car, de toute façon, quand il s’agit d’euthanasie de convenance, les raisons sont toujours égoïstes, stupides et, comme évoqué précédemment, INJUSTIFIEES. La plupart du temps, ce sont les conduites agressives qui poussent les gens à vouloir faire piquer leur chat (c’est le cas ici). Je ne m’arrêterai même pas sur les excuses stupides qui peuvent également pousser les gens à y avoir recours (il est trop vieux, il coûte trop cher en soin, etc…). Le jour où mon amie m’a écrit, désemparée, le rendez-vous était déjà pris pour se débarrasser du poilu dans l’après-midi alors que l’accident avait eu lieu quelques jours auparavant…

Dans le cas de l’histoire dont je vous parle, il s’agissait d'une véritable réaction de peur par rapport au chat. Parce qu’il aurait pu transmettre des bactéries et déclencher une infection à la suite de la morsure. Mais la peur justifie-t-elle une mise à mort programmée ? Pourquoi ce chat a mordu ? Probablement parce qu’après s’être fait marché dessus, la seule réaction logique qu’il a pu avoir en ressentant la douleur était de déclencher une conduite agressive instinctive… Cette réaction mérite-t-elle la mort ?

Il est tellement plus simple de se débarrasser du chat que de chercher à comprendre pourquoi il a eu ce comportement… Un comportement instinctif encore une fois, conséquence de la douleur ressentie… Lorsque vous êtes face à un comportement que vous ne comprenez pas et, surtout, face à des conduites agressives qui peuvent vous mettre en danger, vous et votre famille, le premier réflexe à avoir est de consulter votre vétérinaire pour savoir s’il ne s’agit pas d’une réaction à la douleur et/ ou provoquée par une pathologie ou un problème de santé. Par la suite, il convient de faire appel à un professionnel pouvant apporter de l’aide pour résoudre la problématique comportementale si elle existe. Parfois, et quand il s’agit d’une maladie pour laquelle il n’y a pas de traitement, que l’animal est en véritable souffrance, comme les humains, la question de soulager le chat peut se poser… Mais en aucun cas l’euthanasie de convenance n’est une solution à envisager de prime abord !


Je vais encore répéter un discours que vous connaissez bien… Soyez en empathie avec votre poilu : essayez de comprendre pourquoi tel ou tel comportement se produit, n’hésitez pas à vous faire accompagner par des professionnels (vétérinaires, comportementalistes, éducateurs…) pour vous aider à trouver des solutions.

Stop à la facilité, à la lâcheté et aux solutions faciles guidées par l’égoïsme !!!


Pour finir sur une note positive (il en faut bien…), je tiens à remercier de tout cœur une personne qui se reconnaîtra pour le sauvetage de ce petit chat rescapé. La présidente d’une association au grand cœur, qui n’a pas hésité à accueillir ce poilu et à le prendre en charge pour le sauver de la mort. Il est actuellement en attente d'une famille pour la vie dans une famille d'accueil géniale !


J’espère que ce billet vous aura convaincu que l’euthanasie de convenance est un fléau et doit à tout prix être évitée… D’autres solutions existent pour faire face à des comportements qualifiés de problématiques plutôt que la mise à mort programmée…

Vous pouvez signer la pétition portée par AVA - Agir pour la Vie Animale & Animal Cross pour proposer une dernière réunion de la dernière chance en cas d'euthanasie de convenance d'un animal de compagnie ou d'un équidé en vous cliquant ici (la pétition date de 2021 mais n'est pas close !)


Belle journée à tous, chers humains et félins, et prenez bien soin de vous 😽

52 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout