L’abandon et l’adoption : deux faces d’une même médaille…


Aujourd’hui, c’est déjà notre 5ème article de la série sur la vie des agents animaliers spécialisés chats à la SPA de Hermeray !

Sujet ô combien important puisqu’il s’agit de parler de l’abandon (revers sombre de ce qui fait que les refuges ne désemplissent pas) et de l’adoption (face brillante de la médaille, qui anime et fait tenir le coup à toutes les personnes qui triment pour sauver les animaux en attente d’un foyer aimant).

Entrons tout de suite dans le vif du sujet si vous le voulez bien !


(Du fait que les photos ne sont pas autorisées lors de ces démarches au refuge, toutes les présentes dans cet article sont soit libres de droits... avec une petite image issue de ma collection personnelle)


Chat abandonné errant vs chat adopté ayant un foyer...

La vie d'un chat mis à la rue ou "oublié" lors d'un déménagement est loin d'être heureuse comparée à celle d'un loulou sauvé de la misère !

(source images : Pixabay)


Près de 100 000 chiens et chats sont abandonnés chaque année, avec un pic durant la période estivale. Cette année 2021 n’échappe pas à la règle puisque les refuges de la SPA se sont retrouvés saturés par l'explosion des abandons estivaux avant même la fin des vacances… Les salariés et bénévoles de la SPA ont œuvré sans relâche durant toute cette période pour recueillir 16 894 animaux, un triste record en augmentation de 7 % par rapport au précédent de 2019. Les deux tiers des abandons sont représentés par… les chats ! Ils sont victimes du business non régulé de « l’animal objet », mais aussi d’un cruel manque de stérilisation et d’identification de l’espèce. 11 669 chats ont été recueillis cet été, soit une augmentation de 19 % par rapport à 2019. Les chatons recueillis et sauvés sont, à eux-seuls, en augmentation de 30 % par rapport à 2019. (source des chiffres : SPA). Rappelons que l’abandon sauvage (réalisé hors d’un refuge ou d’une association, habilités à prendre les animaux en charge) est considéré comme un acte de cruauté puni par la loi qui peut se traduire par une peine de prison allant jusqu'à 2 ans et 30 000 € d'amende (article 521-1 du code pénal).


Chat en refuge attendant sa famille pour la vie...

(source image : Pixabay)


Sachez que si vous souhaitez abandonner votre animal en refuge : il faut prendre un rendez-vous (eh oui… en plus d’assumer son acte, il convient de faire les choses dans les règles…). Sabine nous explique le déroulement : “Les rendez-vous sont toujours pris en fonction de la place disponible. Parfois, malheureusement, nous devons créer une liste d’attente car nous donnons priorité aux fourrières qui nous déposent les chats errants. Quand le rendez-vous est pris, tout se passe à l’accueil : une déclaration d’abandon est établie, nous recueillons ensuite des informations sur le chat (son caractère, ses ententes avec ses congénères, les chiens, les enfants, etc…) puis nous demandons à ce que les gens accompagnent leur compagnon dans le box où il va séjourner le temps qu’il voit notre vétérinaire.” Ce moment est difficile pour tout le monde : humains et animaux… Blandine précise : “L'arrivée de ces chats (abandonnés) est beaucoup plus compliquée que d’autres ; déjà pour le côté émotionnel avec les propriétaires mais surtout pour le chat. C’est un tel traumatisme pour lui que, bien souvent la première semaine, il ne mange pas et nous attaque dès qu’on s’approche… On essaye toujours au maximum de lui permettre de déstresser et de nous accorder sa confiance.” Sabine complète : “Certaines personnes ont de “bonnes” raisons pour abandonner leur chat et c’est très triste. Par exemple, les humains qui perdent leur travail et voient leurs revenus diminuer prennent la décision de se séparer de leur chat car ils veulent offrir une meilleure vie à leur compagnon). Cependant, la majorité des gens abandonne pour des raisons inacceptables… Le but dans ces circonstances est de rester professionnelle et de me concentrer sur le chat et son bien-être avant tout… Faire face à des personnes en pleurs ou des gens agressifs, trouver les bons mots pour rassurer ou calmer ; ce n’est pas toujours évident (...et nous ne sommes malheureusement pas diplômés en psychologie humaine !) ”


J’ai demandé aux filles quel message elles aimeraient faire passer à ceux qui abandonnent (ceux-là même qui se débarrassent de leur animal sans se retourner ni avoir pris la mesure de cet acte pour leur animal). Voici leurs réponses :

Sabine : “Abandonner, ce n’est pas un acte sans conséquences. Le chat est une espèce très sensible et routinière. Le mettre derrière des grilles lui laisse des séquelles.

Nous pouvons nous retrouver face à des chats qui dépriment, qui ne s’alimentent plus donc se laisser mourir ; d’autres peuvent rester des semaines prostrés dans leur litière, ou d’autres, encore, développer des conduites agressives. Nous, face à cela, nous sommes parfois désemparées car on ne trouve pas de solution pour réparer ce que les gens qui abandonnent font subir à leur animal. Les refuges ne sont pas là que pour faire des adoptions, nous sommes aussi là pour vous aider à trouver des solutions à certaines problématiques que vous pouvez rencontrer avec votre animal (même si c’est un animal que vous n’avez pas adopté en refuge). Nous avons la chance de travailler avec des comportementalistes Félin et Canin. Nous pourrons vous diriger vers eux selon les questionnements que les humains peuvent avoir ou conseiller dans un premier temps d’aller chez le vétérinaire afin de faire un bilan sur l’état de santé du chat, car c’est souvent la clé pour régler certains soucis. Si la décision d’abandon est prise, sachez que le retour en arrière n’est pas possible et surtout il faut être complètement transparent avec nous sur les raisons de l’abandon, sur le vrai caractère de votre animal, sur ses vraies ententes avec ses congénères, les autres animaux et les enfants. Cela est très important afin de lui laisser la chance de lui trouver une bonne famille qui saura l’assumer et l’aimer jusqu’à la fin de ses jours.”

Blandine : “J’avoue avoir du mal pour cette question car cela dépend tellement de la situation. Dans certains cas, c’est un déchirement pour la personne et elle peut avoir de “bonnes” raisons pour l’abandon (problèmes d’argent, de logement, etc…) mais je veux leur demander Avez-vous vraiment cherché toutes les solutions possibles avant de nous l’emmener ?". Dans d’autre cas, vu les propriétaires et la vie qu’endurait l’animal, c’est plutôt une chance qu’il arrive chez nous, car on va enfin être à l’écoute pour satisfaire ses besoins. Alors à ces gens là, j’ai juste envie de dire "Mais pourquoi vous avez pris un chat ?"


Une des excuses (totalement bidon, je vous l'accorde), que des gens peuvent donner lorsqu'ils ramènent un chat lors d'un retour d'adoption "le chat miaule trop..."

(source image : Pixabay)


Il faut savoir que dans la catégorie “abandon” (même si cela n’en est pas un, il n’y a qu’un pas…), il y a également les retours d’adoption. Les filles traduisent parfaitement le fond de ma pensée et nous expliquent comment elles font face à la situation lorsqu’elle se produit.

Sabine “téléphone aux adoptants avant, afin de connaître leur problématique et souvent (pas toujours heureusement) je n’arrive pas à les faire changer d’avis : soit ils ne veulent pas écouter mes conseils, soit ils ont des crises d’angoisses car “c’est trop de responsabilités d’avoir un animal”, ou le chat est trop pot de colle, ou il miaule, etc … Dans ces cas-là, nous prenons un rendez-vous pour qu’il nous le ramène.” Elle complète sa réponse (et je partage totalement son avis !!!) “Nous sommes tellement dans une société de consommation, où tout doit aller vite, où les gens sont de plus en plus exigeants et égoïstes, que l’animal doit être parfait tout de suite : il n’a pas le droit à l’erreur, il n’a pas le temps de digérer tous les changements qu’il a subi, il n’a pas le droit d’avoir peur … Irresponsable, ce n’est pas une case qu’on coche sur Amazon pour choisir notre produit et le renvoyer parce qu’au final il ne nous convient pas ! On est sur du vivant, il s’agit d’un être sensible avec son vécu et ses émotions. Il faut savoir que chaque retour en refuge est un traumatisme en plus pour le chat qui se brise de plus en plus à chaque fois…”

Blandine est claire : “ça c’est une chose qui me met souvent en colère. Quasiment à chaque fois, le chat n’y est pour rien et subit un traumatisme. En effet, les gens n’ont pas la patience de laisser l’animal s’adapter à son nouvel environnement. Cela ne se fait pas en 5 minutes !!!! Cela peut prendre plusieurs jours, semaines et même mois !!! Et il y a des solutions pour aider l’animal à s’adapter. Ensuite il y les gens qui ramènent l’animal parce que, finalement ils ne sont pas prêts…Ce n’est pas faute de dire haut et fort qu’une adoption est une démarche RESPONSABLE et RÉFLÉCHIE !”


Photo de famille originale et drôle qui montre qu'un chat, c'est un membre de la famille à part entière ! Belles paires de jambes et pattes n'est-ce pas ?

(source image : Pixabay)


Une dernière phrase parfaite pour faire le lien avec le pendant positif de l’abandon : l’adoption ! Je vous en ai déjà parlé précédemment dans un article dédié qui retrace l'aventure de l'adoption pour mes loulous et moi...et je ne répéterai jamais assez combien il s’agit d’un acte réfléchi, responsable et engageant. J’ai demandé à Sabine et Blandine comment elles et leurs collègues accompagnaient les adoptants dans leur démarche : elles accueillent les potentiels adoptants qui ont rempli un questionnaire et leur posent des questions afin de savoir quel chat ils souhaiteraient adopter (parfois, ils ont repéré le chat sur le site Internet ou les réseaux du refuge). S’ensuit alors la visite des chatteries où elles présentent les chats qui pourraient le mieux correspondre aux humains : tant en fonction de leurs réponses au questionnaire qu’en fonction du chat lui-même. Si les humains tombent sous le charme d’un petit félin, il faut entériner l’adoption et le côté administratif en repassant par l’accueil avant que le nouvel adopté repartent dans son nouveau foyer.


Il faut savoir que parfois (mais cela reste très rare !), certaines adoptions sont refusées. Mais lorsque c’est le cas, c’est qu’il y a d’excellentes raisons.

Blandine explique “Ceux à qui je refuse l’adoption, ce sont les gens qui refusent nos conditions. En effet nous sommes obligés de mettre des règles et contraintes pour le bien-être des animaux et certaines personnes ne les comprennent pas et se mettent en colère. Par exemple, on ne place pas un chaton avec 10h d’absence, ou bien avec des personnes âgées ; on oriente plus sur l’adoption d’un animal plus âgé (et non un chaton comme certains le souhaitent). Comme je le répète souvent aux adoptants, nous, nous sommes là pour les chats en premier, pas pour les gens. Si le mode de vie ne convient pas au chat qu’ils veulent, ce sera non pour lui. Mais il y en aura d’autres qui conviendront, il faut juste un peu d’ouverture d’esprit.

Pour Sabine, “Les raisons des refus sont toujours justifiées ! Les plus courantes sont les suivantes : tous les membres du foyer ne sont pas présents (on choisit un membre de la famille, pas un objet, et le feeling doit passer avec tout le monde), les gens veulent un chaton mais ont trop d’heures d’absences (nos chatons, nés la plupart du temps dans un environnement pas toujours sain, ont besoin d’être surveillés au niveau santé…). et parfois, nous n’avons pas de chat qui répond aux attentes et/ ou au mode de vie des adoptants (je les invite à regarder notre site ou page Facebook ou à se diriger vers d’autres refuges dans ce cas).”


Photo de famille avec mes loulous adoptés

(collection personnelle ! vous excusez la piètre qualité et le fait que Tirou est presque invisible mais c'est l'une des rares images où nous sommes tous ensemble que j'ai réussi à capturer...)


Lorsque je leur ai demandé quels étaient le profil des adoptants de rêve, les filles ont répondu de concert : “Les adoptants de rêve ce sont les personnes qui passent la porte de notre refuge pour adopter un chat SOS (ça peut-être des chats malades, des chats un peu âgés ou des chats qui ont plusieurs années de refuge derrière eux) parce que nous sommes légèrement en saturation d’entendre la phrase “on veut un chat sain !” Un chat sain ? Petit rappel : un chat est un animal qui respire, a un cœur qui bat, qui VIT ! Un être vivant n’est pas une peluche… de ce fait, comme tout être vivant, il n’y a aucune garantie que le chat sera en bonne santé toute sa vie… Les adoptants de rêve, ce sont des humains ouverts, qui n’ont pas peur d’ouvrir leur foyer à des chats malades (FIV, FELV, diabétiques, etc…) qui sont souvent des chats très affectueux. Oui il va y avoir des soins, oui ce ne sera pas tous les jours facile, oui vous serez malheureux quand il partira pour sa dernière demeure, mais autant qu’avec un chat sain : si les humains vont au- delà de leurs peurs, ils en ressortiront grandis, ils découvriront qu’ils sont capables de choses qu’ils pensaient impossible à réaliser et la relation qu’ils partageront avec leur chat sera intense. Ce sont également des personnes qui ont confiance en notre jugement et qui sont capables de se laisser guider par nos conseils afin de découvrir des chats qui ne rentrent pas forcément dans leurs critères d’âge (notamment) et se laissent séduire par un chat adulte plutôt qu’un chaton.”

J’ai eu la chance d’assister à de très belles adoptions en étant présente au refuge lors des jours où celui-ci était ouvert au public. Lorsque les adoptants sont ouverts et font totalement confiance aux agents animaliers pour être guidés vers un chat : cela donne de magnifiques scènes, emplies d’émotion ! De véritables coups de foudre s’opèrent entre le chat et les humains et c’est un plaisir de voir que, dès le premier instant, une relation forte est en train de naître.

J’insiste sur le fait que les agents animaliers connaissent très bien leurs pensionnaires et que s’ils vous orientent, vous adoptants, sur un animal en particulier, c’est parce qu’ils savent pertinemment que celui-ci aura plus de facilité à s’adapter à votre mode de vie, à votre rythme, votre foyer… Gardez tout de même à l’esprit qu’en changeant d’environnement (d’un refuge à une maison), le chat pourra mettre du temps pour s’adapter. Blandine l’a parfaitement dit : il faut être PATIENT (patience et persévérance, vous connaissez mon leitmotiv désormais..) et laisser le temps au chat de prendre ses marques (cela mettra le temps qu’il faudra, toujours en fonction du CHAT).


J’espère que ce nouvel article vous a plu ?

Dans 2 semaines, avant-dernier article de la série (eh oui déjà !) où Sabine et Blandine vous feront quelques confidences en mode questions / réponses. Je ne vous en dis pas plus et vous donne rendez-vous pour en savoir plus


Excellente journée à tous, chers humains et félins😽



48 vues0 commentaire